Non classé

{ Ed. N°2 } Brumaire inactuel MMXV

1eDerrière la plume et l’écran se cache en ce moment quelqu’un qui s’agite sur son siège, mal à l’aise après cette triste semaine, perturbée et ne sachant pas très bien comment commencer. J’ai lu les articles et réflexions comme j’aurais humé les fleurs des bouquets déposés pour le 13 novembre, très émue par leur nombre et leur prolixité, un peu gênée de ne pouvoir offrir ne serait-ce qu’une pâquerette. Pourtant, je ne pense pas être en mesure d’écrire quelque chose de pertinent ou d’utile -pour vous comme pour moi, d’ailleurs; j’ai déjà écrit un petit quelque chose sur ma page facebook, et si mes réflexions vont bien entendu au-delà de ce petit texte, le message général en reste inchangé. Aussi cet article sera-t-il en adéquation avec ce dernier: partager, encore et encore, autant que faire se peut.

Après un programme de publications quelque peu bouleversé par les événements, les obligations estudiantines de fin de semestre et la fin prochaine de mon séjour à Chypre (snif) qui malheureusement, auront un impact certain jusqu’au mois de janvier, voici le retour de la sélection désuette du mois de novembre. Néanmoins, j’ai toujours beaucoup d’idées, et une envie redoublée, que dis-je! Décuplée, de commencer à vous parler de beaux textes, ainsi que de vous parler un peu plus de Chypre aussi, cette île biscornue en marge du monde. N’étant pas sûre de pouvoir vaincre mon souci de timidité, il est probable que je prendrai pour prétexte une recette, et me défendrai de toute accusation de billet d’humeur par ma conscience à coup de crème parfumée et de petits fruits acidulés…

fl

Je ne crois pas avoir jamais fait mystère de mon amour pour les fleurs ici: Si rien ne me fait plus plaisir que d’agrémenter mes plats et mes photographies de quelques végétaux, sobres ou plus bariolés, et de les marier aux plats que je vous présente ou à la composition de la galerie d’un article, il en va de même au quotidien. Voir des fleurs (ou des arbres, mais là n’est pas le sujet) m’apporte une touche de légèreté et de réconfort, égayant même les villes les plus austères (le bâti de Nicosie n’est certes pas le plus éblouissant qui soit, et les torrents de fleurs s’échappant parfois des habitations constituent un répit bienvenu). Ma culture cinématographique n’est pas très étendue, mais la chaîne  Blow up d’Arte se dévore sans faim, et cette édition consacrée aux fleurs fait tant de bien à l’oeil et à l’esprit que je ne pouvais pas la garder pour moi!

mig

tumblr_nwavycxhdl1t3t6f3o1_1280

2- Miguel Marquez Outside

Pas moins délicates et plaisantes, les créations de Miguel Marquez poétisent des lieux où justement, la poésie est souvent peu perceptible, et donnent l’impression de chausser une paire de lunettes révélatrice. Je vous laisse vous étonner et sourire devant celles-ci…

Sans titre-1

laos-3-sur-10-1920x1280

3- The Intimate Kitchen Project
Le sujet de la cuisine en termes d’espace intérieur et intime me touche particulièrement, ainsi que vous l’aurez compris: où est la cuisine, qui est à l’oeuvre, comment est-elle organisée, que prépare-t-on en son sein? Sanctuaire ou lieu de communauté? Les souvenirs associés au fait de manger et à ce qui se passe dans la cuisine sont souvent marquants, qu’il s’agisse d’un plat familial traditionnel, de préparation de galettes des rois dans une cuisine d’étudiant ou de repas gastronomiques autour d’une pizza décongelée avec amour dans cette même cuisine, d’un premier échec en faisant cuire des pâtes…Aussi la démarche de Maria résonne-t-elle avec force en moi: au Laos, en Birmanie ou dans le Larzac, le lien est établi, et d’une certaine manière, tout est familier.

postmodern

1600x1600sr
4 – Postmodern Jukebox
Poursuivons cette sélection par quelque chose de sans nul doute assez connu mais tout à fait inactuel: il s’agit du groupe Postmodern Jukebox (PMJ) qui s’amuse à reprendre des morceaux de musique pop et leur faire remonter dans le temps. Années 50, années 20, dans le style de Gatsby le magnifique, cabaret, de Marilyn Monroe, Edith Piaf et bien d’autres encore: la variété est telle que la démarche n’a rien d’un processus mécanique et répétitif. Rien n’est laissé au hasard et le résultat est tout à fait réussi, souvent surprenant et drôle, assorti d’une mise en scène assortie très agréable. Parmi mes préférées, les reprises de Blank Space (Taylor Swift), Anaconda (Nicki Minaj) et Talk Dirty (Jason Derulo) en version Klezmer.

obj

2048x1536-fit_objectivement-nouvelle-serie-animation-arte-donne-parole-objets-quotidien

5 – Objectivement – ARTE
 Dans un registre très léger, ARTE a lancé une chaîne youtube ou durant 39 épisodes en stop-motion, les objets d’un appartement prennent vie. C’est drôle et l’ambiance me rappelle un peu celle de Toy Story. De quoi allègrement procrastiner pendant quelques épisodes, parole d’Orr!

Voilà, c’est tout pour ce mois-ci. Et vous, qu’avez vous aimé en novembre, malgré tout?
Oh, et prenez soin de vous surtout!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s